Habiter les Silences © Delphine Micheli
Habiter les Silences © Delphine Micheli

Partager un cheminement, un champ de réflexion, donner accès à un processus de création, à un univers artistique, permettre à chacun d’expérimenter des modalités nouvelles d’ « habiter son propre corps » et de rencontrer sa singularité dansante, tant sous forme d’ateliers que de conférences/tables rondes sont les objectifs des actions de transmission et de médiation proposées par Maxence Rey depuis la création de la compagnie.

Dans le cadre d’ateliers, Maxence Rey aborde des voies pour le développement d’une gestuelle et d’un type de présence, au départ d’images et d’intentions. Après une préparation du corps basée tant sur des exercices de mobilisation corporelle douce et des exercices de conscience globale du corps et du groupe, elle aborde des exercices consistant à formuler progressivement des langages spécifiques à chacun qui tiennent compte de l’alchimie des rapports entre le mouvement, la présence et les intentions.

Même si le lien à la danse est inhérent, il n’y a pas de technique dansée pré-établie mais un rapport profond à la présence, au mouvement et à la singularité de chacun des participants. Développer la présence à soi et aux autres, aller au plus près de l’intentionnalité du mouvement et de soi même, sont des enjeux situés au cœur de ces rencontres.

Dans le cadre de conférences, séminaires, tables rondes, Maxence Rey partage sensiblement son champ d’expériences à partir des processus à travers lesquels elle chemine, en utilisant des supports visuels, textuels et gestuels.

En partenariat avec les lieux de diffusion et d’accueil en résidence, les actions de transmission, toujours reliées aux projets de la compagnie, précèdent ou accompagnent la présentation d’un spectacle ou d’une performance : atelier Corps et Féminité, atelier Habiter son propre corps, atelier Habiter les corps de Jérôme Bosch, atelier Corps contenus – Corps débordants, atelier Just Dance, atelier CURIOSITIES chorus, atelier Habiter les Silences.

Les interventions artistiques sont toujours conçues au cas par cas avec les structures partenaires pour se relier au mieux aux enjeux territoriaux du théâtre, à son tissu social et culturel, à son lien aux publics et ainsi faire dialoguer les enjeux des actions de transmission avec la singularité des participants.
Au cours de ces interventions, elle invite les participants à venir partager les processus par lesquels elle chemine. Elle devient alors «passeuse» de sensations, de découvertes, d’intentions, de réflexions, de gestuelles.
Les actions de transmission et de médiation se déploient auprès de tous publics : professionnels du mouvement comme amateurs ; enfants, adolescents ou adultes ; toutes tranches d’âges et toutes formes de corps confondues.

En collaboration avec le Festival Magdalena porté par le Théâtre de la Remise, ESAT La Bulle Bleue, Montpellier

Propos

The Magdalena Project est un réseau international de femmes artistes.
Depuis trente ans, il traverse les continents et les générations par le biais d’événements régulièrement organisés dans différents pays. Par la transmission de pratiques artistiques, par le partage de récits et d’engagements forts, par la confrontation de l’art et du politique, il questionne l’émancipation collective et individuelle et crée une agitation critique et joyeuse.
Maxence Rey est invitée par Marion Coutarel, porteuse du projet Magdalena Montpellier, à proposer en binôme un temps de recherche et de formation à destination des professionnel·le·s du spectacle vivant, des chercheur·e·s, des militant·e·s.
Maxence Rey, invite l’artiste chercheuse et performeuse, Géraldine Berger, à co-mener avec elle les ateliers Habiter son propre corps – ne sais tu pas que le ciel est en nous ?
Ensemble, elles proposent un temps d’exploration, tant en intérieur qu’en extérieur, autour d’enjeux tels que le ralentissement des rythmes intérieurs et extérieurs, la présence à soi et aux autres, comment être et habiter son propre corps, révéler les singularités et trésors en corps et en voix de chacun·e.
Comment laisser entrevoir sous la chair ? Comment se re-saisir de son enveloppe-peau ? Porter son regard sur des planches anatomiques, explorer et réveiller des connaissances et consciences.
Une expérience entre intériorité sensible et conscience de l’autre.

Dates
du 7 au 10 octobre 2019 de 9h30 à 13h, ESAT La Bulle Bleue, Montpellier

En collaboration avec Musée MacVal de Vitry-sur-Seine et 10 élèves de la classe de première option musique du Lycée Epin de Vitry-sur-Seine

Propos

Le musée MacVal invite Maxence Rey à intervenir auprès de la classe de première option musique du Lycée Epin de Vitry-sur-Seine, avec l’enseignante Lucie Girard accompagnée du compositeur/musicien Jérémie Arcache, pour une approche corporelle et en mouvement des élèves à l’instrument et à l’espace de l’exposition. Présence à soi, présence à l’autre, mise en situation et en espace corporel et sonore au sein de l’exposition temporaire du musée jusqu’au concert public des élèves.

Dates
du 2 au 4 mai 2019, avec restitution concert public le 4 mai, Musée MacVal

En collaboration avec Musée MacVal de Vitry-sur-Seine et 10 professionnel.les de la Maison de l’adolescence de Créteil

Propos

Dans le cadre du séminaire Individus et Collectif mené par le MacVal auprès de professionnels de l’adolescence, le musée invite Maxence Rey à intervenir auprès de 10 professionnels de la Maison de l’adolescence de Créteil pour un temps de partage d’expérience, de pratique artistique au sein de l’exposition Open Ended Now de Mélanie Manchot. Oser le « risque » d’amener les élèves à sortir de leurs cadres sociaux et culturels par un apport de savoirs, de pratique artistique et de contribuer à leur émancipation.

Date
1er février 2019 10h-12h

Auprès de la classe de BTS Design d’espace du Lycée Polyvalent Adolphe Chérioux de Vitry-sur-Seine
En collaboration avec le Théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine, dans le cadre de la résidence 2017-2018

Propos

En présence des artistes à la lumière-installation plastique, Cyril Leclerc, et à la danse, Maxence Rey, l’atelier se veut comme un espace de découverte et d’appréhension de la scénographie de spectacle Anatomie du Silence tout en amenant les élèves à expérimenter l’espace par le biais de leur corps. Cette expérimentation leur permet un regard et une approche plus sensible de l’espace scénique, du rapport entre les corps sur scène et dans le monde réel. Cette prise de conscience permet d’enrichir leur travail de conception d’espace, de retour en classe.

Dates des ateliers
– 13 novembre 2017 : 10h-11h – présentation/rencontre en classe des enjeux d’Anatomie du Silence
– 23 novembre 2017 : 14h-15h30 – venue des étudiants au Théâtre Jean Vilar pour explorer in situ le dispositif de circulation – installation plastique d’Anatomie du Silence + temps d’échange avec l’équipe artistique du projet
– 27 novembre 2017 : 19h30 – venue des étudiants au spectacle Anatomie du Silence
– 12 décembre 2017 : 14h-18h – partage des sensations suite au spectacle, atelier de pratique Habiter les Silences, atelier qu’est-ce que la lumière?

Auprès des agents municipaux de la Ville de Vitry-sur-Seine
En collaboration avec le Théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine, dans le cadre de la résidence 2017-2018

Propos

Pénétrer l’univers artistique de la Compagnie Betula Lenta et partager les inspirations, enjeux et questionnements en parole, en son et en image de la pièce Anatomie du Silence

Date
14 novembre 2017 – 12h30-13h30 – 10 personnes

Propos

Les ateliers Corps contenus – Corps débordants permettent aux participants de traverser les différentes étapes de recherche du projet : Le Moulin des Tentations, en venant questionner oralement, par écrit et corporellement la tension et le dialogue entre ce qui nous retient, nous contient en tant qu’être humain et ce qui nous déborde.
La relation danse et arts plastiques est au cœur de ces ateliers. Une matinée des ateliers est consacrée au Parcours-Conférence dansée à deux voix créé par Isabelle Bonithon, Historienne de l’art et Maxence Rey, au musée du Louvre, Paris.
En lien avec la création chorégraphique Le Moulin des Tentations, l’intervention artistique explore la thématique du corps monstre-du corps démon et ses multiples représentations dans l’histoire de l’art.
Les questions de présence à soi et aux autres dans la manière d’habiter son propre corps, sont aussi une récurrence des ateliers.
Comment laisser entrevoir « son monstre » et révéler dans la danse les identités et singularités de chacun?
Comment investir son propre corps, se rendre à soi-même, se décliner ?
Comment accéder à la jubilation du corps de fête ?

Dates des ateliers

En lien avec le CCN de Grenoble –
21, 22, 26 novembre 2015 : 2 stages auprès de 20 amateurs expérimentés et 1 stage découverte auprès de 20 amateurs

En lien avec le Théâtre Paul Eluard – Bezons / Académie de Versailles / micadanse / Musée du Louvre – Paris –
8, 9, 15 février 2016 : 3 journées de 6h – Plan Académique de Formation – danse et arts plastiques – auprès de 20 enseignants de l’académie de Versailles

En lien avec le Musée MacVal / Théâtre Jean Vilar / La Briqueterie – CDC du Val de Marne – Vitry-sur-Seine / Musée du Louvre – Paris / avec le soutien d’ARCADI Île-de-France –
11, 18 mars, 1er avril, 13 et 27 mai 2016 : 5 ateliers de 3h avec les élèves de 2de option arts plastiques, du Lycée Léon Blum de Créteil

organisée par l’École supérieure des beaux-arts TALM-Angers, Auditorium du musée des Beaux-Arts d’Angers

Propos

Cette journée d’étude aborde avec les élèves, à la lumière prophétique du premier « Jardin des délices » peint par Jérôme Bosch , les problématiques du transhumanisme qui guette notre XXIe siècle et ses potentialités métamorphiques excitantes et angoissantes de l’Humanité par la conjonction des diverses sciences actuelles.
Pour aborder ces questions durant la journée, Hélène Mugot, artiste et enseignante à l’ESBA-TALM-Angers, est accompagnée de :
• Maxence Rey, chorégraphe et danseuse : Que signifie quand on est chorégraphe de pénétrer le royaume d’un peintre tel celui de Jérôme Bosch ?
• Gabriela Patiño-Lakatos, docteure en philosophie et chercheuse en nouvelles sciences : Promesses d’augmentation et revers de l’entreprise prothétique contemporaine
• Philippe Moscato, thérapeute quantique : Une expérience de la totalité spatio-temporelle
• Jean-Clet Martin, écrivain, philosophe et enseignant : Qu’est-ce que l’humain ?
• Dany-Robert Dufour, écrivain, philosophe et anciennement professeur d’université : Il était une fois le dernier homme

Intervention conférence de Maxence Rey – Que signifie quand on est chorégraphe de pénétrer le royaume d’un peintre tel celui de Jérôme Bosch ?
de 10h à 10h45 + représentation CURIOSITIES solo dans la salle Daniel Tremblay du Musée des Beaux-Arts à 12h

Quel potentiel chorégraphique percevoir dans l’œuvre de Jérôme Bosch ? Quels liens tisser entre une œuvre de plus de cinq-cents ans et nos jours, qui s’accorde avec mes propres obsessions artistiques ?
Une résonance m’apparaît très clairement : celle des corps hybrides et monstrueux des créatures surréalistes peuplant les tableaux de Jérôme Bosch avec mon univers chorégraphique où la grâce reste familière du grotesque, où la frontière ténue, entre beauté et horreur, guide chacune de mes pièces dans des contrées imaginaires questionnant l’humain et ses métamorphoses.
C’est cet endroit de monstrueuse humanité, d’inquiétante étrangeté, qu’interroge CURIOSITIES, pièce créée en mars 2014 spécifiquement autour de l’univers du peintre.
À coups de corps morcelés, de démembrements mi-humains mi-animaux, CURIOSITIES façonne les monstres boschiens jusqu’à ce qu’éclose une créature fascinante, fantasmagorique à plusieurs visages, entre passé, présent et futur.

Date
Mercredi 13 avril 2016 de 9h30 à 18h

En lien avec micadanses, Paris

Propos

Maxence Rey invite des artistes professionnels de la danse, du théâtre et du son à venir explorer une matière chorégraphique, les préoccupations de sa future création 2016  – Le Moulin des Tentations – autour de la thématique “corps débordés – corps débordants”, “la contrainte et le débordement”, à travers 4 laboratoires de décembre 2014 à juin 2015.
Ces laboratoires, c’est l’envie d’inviter des artistes du mouvement, tant en danse qu’en théâtre, artistes du son aussi, à venir explorer, expérimenter, exprimer, révéler, partager ce qui peut se déployer autour de cette thématique.
Il n’y a aucun enjeu, si ce n’est le simple plaisir d’être là, présents, prêts à plonger dans nos archéologies corporelles, et tenter de nouvelles expériences ensemble dans un cadre donné.
Certains artistes sont des personnes que Maxence Rey connait dans le travail, ou qu’elle a découvert en tant que spectatrice, d’autres encore dont les routes se sont juste croisées.
Ces laboratoires sont à géométrie variable, de nouvelles personnes apparaissent, d’autres reviennent, d’autres voguent vers d’autres horizons…

Dates des laboratoires
1er : 16, 17 et 18 décembre 2014; 2ème : 18, 19, 20 février; 3ème : 28, 29, 30 avril; 4ème : 9, 10, 11 juin 2015

Propos

Depuis mars 2013, Maxence Rey participe à un projet chorégraphique européen autour de l’univers pictural de Jérôme Bosch.
Au cours de différents temps de résidence, elle investit les figures Boschiennes, et fait siens les personnages hybrides et fantasmatiques du peintre.
Au cours des ateliers, elle invite les participants à venir partager les processus par lesquels elle chemine.
Elle devient alors « passeuse » d’expériences, de sensations, de découvertes, d’intentions, de gestuelles. Par la parole, le mouvement, la danse, se questionne l’univers de ce peintre troublant et énigmatique du 15ème siècle, dont les obsessions sont toujours contemporaines.
L’atelier HABITER LES CORPS DE JÉRÔME BOSCH – se veut comme un espace singulier de partage, à travers le regard, le geste et la danse, la rencontre et la parole.
L’atelier s’adresse à des personnes de tous âges, de toutes origines confondues, avec ou sans pratique corporelle et à toutes les formes de corps.
En lien avec la création chorégraphique CURIOSITIES, l’atelier explore la thématique du corps monstre-du corps démon et ses multiples représentations dans l’œuvre de Bosch.
Les questions de présence à soi et aux autres dans la manière d’habiter son propre corps, sont aussi une récurrence des ateliers.
Comment laisser entrevoir « son monstre » et révéler dans la danse les identités et singularités de chacun?
Comment investir son propre corps, se rendre à soi-même, se décliner ?

Dates des ateliers

En lien avec les ateliers mensuels Kaléidoscopes de La Briqueterie – CDC du Val de Marne
mardi 4 février 2014, de 19h30 à 22h auprès de 18 amateurs

En collaboration avec le Mac/Val et la classe de 2de du Lycée Léon Blum de Créteil, option art plastique,
avec le soutien d’ARCADI Ile-de-France
les 23, 30 janvier, 6 février, 6 mars et 13 mars 2015, de 9h à 12h auprès de 30 lycéens

En lien avec l’association Anacrouse, Université Paris 8 et La Briqueterie – CDC du Val de Marne

Propos

“Emplie de ma participation au laboratoire de recherche chorégraphique européen autour de l’univers pictural de Jérôme Bosch du 25 au 29 mars 2013, je vous invite à venir partager les processus par lesquels j’aurai cheminé au cours de ces 5 jours. Pendant trois heures à vos côtés, je deviendrai « passeuse » d’expériences, des processus traversés, mais aussi de sensations, de découvertes, d’intentions, de gestuelles. Par la parole, le mouvement, la danse, nous questionnerons l’univers de ce peintre troublant et énigmatique du 15ème siècle.”

Date de l’atelier
mercredi 3 avril 2013, de 15h à 18h

En lien avec le CDC du Val de Marne et la classe de 1ère EPS du Lycée Chérioux de Vitry-sur-Seine

Propos

Ce projet s’est articulé autour de l’ouverture du nouveau bâtiment du Centre de Développement Chorégraphique du Val de Marne, ancienne briqueterie transformée en lieu pour la danse. L’idée est de questionner la notion de métamorphose à travers la mutation du lieu (passage d’une identité à une autre, d’une fonctionnalité à une autre…), en lien avec la création chorégraphique : passer d’un état de corps à un autre; d’un sens à un autre; d’un mouvement à une écriture chorégraphique.
Les élèves travaillent à la fois sur l’acte chorégraphique lors d’ateliers de pratique, ainsi que sur un travail de restitution de ces ateliers par l’écriture notamment, avec leurs enseignants.

Dates des ateliers
6 ateliers de 2h, les 11, 18 décembre 2012 et les 12 janvier, 2 février 2013

En lien avec l’Atelier de Paris – Carolyn Carlson

Propos

En lien spécifique avec le projet Sous ma peau, Maxence Rey propose un atelier de pratique – rencontre auprès d’un public amateur adulte féminin avec ou sans pratique de la danse. L’atelier se veut comme un espace singulier de partage au féminin, à travers le regard, le geste et la danse, la rencontre et la parole.

Date de l’atelier
Le 26 septembre 2012 de 18h30 à 21h30