Guy Degeorges – Un soir ou un autre / 12 février 2016

/ / sur Le Moulin des Tentations / 12 February 2016

Après le Diable

Comment se révèle-t-elle, cette étrangeté en nous, cette monstruosité, que Maxence Rey fouille de pièce en pièce? On ne croit plus au diable et en ses tentations, mais l’inexpliqué toujours nous inquiète, le point mort de notre rationalité, l’incontrôlé. C’est par le corps des interprètes qu’il surgit ici, entre grotesque et beauté. Ceux ci nous font toucher du doigt cet instant paniqué de la transformation, où la résistance abdique. De la fête de village selon Rubens à la la fête techno, le mouvement traverse les époques. Les pulsions se libèrent avec force, les visages grimacent, les ventres s’agitent et se tendent, les sens s’ouvrent, les regards s’aiguisent, avides. Quelques frôlements, des gestes francs, et explosent des orgasmes raides et muets. Les poses sont convulsées et les cris libérés, loin de la tête les bassins dansent. Dans sa troublante viscéralité, l’œuvre parait sévère jusqu’à ce que la drôlerie l’emporte, culminant irrésistiblement en une chanson folklorique réinventée.

Lire l’article sur le site Un soir ou un autre


Leave a Comment