Antonella Poli – Note di Danza / 19 avril 2013

/ / sur Sous ma Peau / 19 April 2013

Suite à la représentation du 13 avril 2013 de Sous ma peau à La Briqueterie dans le cadre de la 17ème Biennale de danse du Val de Marne à Vitry-sur-Seine, France.

Sous ma peau de Maxence Rey dévoile toute la valeur charnelle du corps féminin.
Trois femmes nues, assises sur trois chaises avec les visages complètement masqués par des collants, se présentent sur une scène privée de décor.
Grâce aux merveilleuses lumières de Cyrille Leclerc, les courbes des corps sont mises en valeur, devenant ainsi les contours de formes parfaitement sculptées.
Lentement les danseuses se lèvent pour s’approcher du milieu de la scène. Elles commencent une dance pleine de tensions, où l’on perd toute la dimension humaine et au travers de laquelle on se demande si on se trouve vis-à-vis de bêtes ou bien de créatures artificielles. Elles traversent le plateau, laissant parler leurs bustes qui se tendent, se cambrent, se ferment en évoquant des formes inhumaines, parfois effrayantes et troublantes.
L’univers qu’elles créent est totalement abstrait sans qu’aucune individualité ou personnalité ne se révèle. Tout ce qui compte est la valeur esthétique de la chair qui exerce tout son pouvoir pour s’exprimer et se manifester sous des formes singulières.
Ce voyage silencieux et anonyme qui ouvre les portes vers toutes les énigmes de notre corps est un exemple de comment, aujourd’hui encore, nous pouvons arriver à valoriser notre potentiel physique à travers une chorégraphie qui fait de la simplicité un de ses points forts.

Lire l’article sur le site Note di Danza


Leave a Comment