Chorégraphie
Maxence Rey

Développement, Production, Diffusion
Amelia Serrano

Danse
Christophe Bonzom : Altérité – Une femme – Un homme
Vincent Brédif : CURIOSITIES
Stéphane Fratti, Leïla Gaudin, Yoann Hourcade, Thomas Laroppe : Le Moulin des Tentations
Cyril Leclerc : CURIOSITIES
Leslie Mannès : Sous ma peau, Le Moulin des Tentations
Marie Pinguet : Sous ma peau
Maxence Rey : Les Bois de l’ombre, Sous ma peau, Altérité – Une femme – Un homme, CURIOSITIES, Le Moulin des Tentations, Anatomie du Silence

Création sonore
Vincent Brédif : Les Bois de l’ombre, Sous ma peau, CURIOSITIES
Bertrand Larrieu : Le Moulin des Tentations, Anatomie du Silence

Lumière
Cyril Leclerc : créateur lumière sur Les Bois de l’ombre, Sous ma peau, Altérité – Une femme – Un homme, CURIOSITIES, Le Moulin des Tentations, Anatomie du Silence
Calypso Baquey : assistante lumière sur Le Moulin des Tentations
Jenny Abouav : assistante lumière sur Anatomie du Silence

Installation visuelle
Cyril Leclerc : Anatomie du Silence

Scénographie
Frédérique de Montblanc : CURIOSITIES, Le Moulin des Tentations

Photo
Delphine Micheli : Sous ma peau, Altérité, CURIOSITIES, Le Moulin des Tentations

Vidéo
Romain Kosellek : Sous ma peau, Le Moulin des Tentations, Extension CURIOSITIES solo, Extension Les Bois de l’ombre

Costumes
Sophie Hampe : CURIOSITIES, Le Moulin des Tentations, Anatomie du Silence
Lou Rimaé : Les Bois de l’ombre

Regard extérieur
Leslie Mannès : Le Moulin des Tentations
Corinne Taraud : Les Bois de l’ombre, Sous ma peau, CURIOSITIES, Anatomie du Silence

Actions artistiques
Thomas Laroppe : Just Dance
Marie Pinguet : Corps et Féminité
Maxence Rey : Corps et Féminités, Habiter son propre corps, Habiter les corps de Jérôme Bosch, CURIOSITIES chorus, Corps contenus-Corps débordants, Just Dance, Habiter les silences
Biño Sauitzvy : Just Dance

Parcours-Conférence dansés
Maxence Rey : Corps débordés-Corps débordants, Corps contenus-Corps débordants, Parcours chorégraphique
Marie Glon : historienne de la danse sur Corps débordés-Corps débordants
Isabelle Bonithon : historienne de l’art sur Corps contenus-Corps débordants
Mathilde Blot : médiatrice culturelle sur Parcours chorégraphique

Maxence Rey

Chorégraphe - Danseuse
Maxence Rey

Maxence Rey s’est formée à la danse classique et contemporaine au CNMRD de Lyon. Avant de devenir danseuse et chorégraphe, elle est coordinatrice de la danse à Mains d’Œuvres, Saint-Ouen, et encore bien avant, chef de projet en informatique en milieu industriel. En tant qu’interprète, en corps et en voix, Maxence Rey est complice depuis 2004 de Nicole Mossoux et Patrick Bonté/cie Mossoux-Bonté, Olivier Comte/Les Souffleurs – commandos poétiques. En janvier 2010, elle fonde la compagnie Betula Lenta à Saint-Denis [93] et intègre sa pratique des arts énergétiques dans son cheminement artistique.

En mars de la même année, elle signe un premier solo chorégraphique Les Bois de l’ombre, puis en octobre 2012, la pièce pour trois femmes nues Sous ma peau. La version courte de cette pièce remporte le 1er prix du jury du concours (re)connaissance en novembre 2013. En mars 2013, Maxence Rey est invitée par La Briqueterie – CDC du Val de Marne à participer au projet européen, B-Project, autour de l’univers du peintre Jérôme Bosch. En découle le trio CURIOSITIES, créé en mars 2014 à ‘s-Hertogenbosch, Pays-Bas. Sa nouvelle pièce, Le Moulin des Tentations, un quintet, a été créée en février 2016.

Vincent Brédif

Créateur sonore
Vincent Brédif

Vincent Brédif se qualifie comme Sculpteur : sculpteur d’images, d’acier, de béton, de volumes sonores, d’espaces scénographiques. Simplement, pour transformer une idée en matière. Tout a commencé avec la photographie. Jouer avec la lumière, faire apparaître.
Et puis, de la mécanique. Progressivement, il a intégré du relief dans ses photographies et les a suspendues. Pour les faire passer pour de la peau, des morceaux de corps en mouvement.
Sont arrivés alors les plaques de métal, des mécanismes. Et, l’expérimentation du son, pour son rapport dans l’espace.

Sculpteur. Un intérêt particulier pour l’espace et la façon dont il va nous raconter quelque chose.
Suspendre et construire en équilibre. L’idée de déjouer l’équilibre dans l’espace. Un déhanchement improbable et volontaire, comme une polyphonie de métal où l’élégance de sons entrecroisés finissent par créer une harmonie.
Il privilégie l’élégance à l’esthétique.
Il collabore dans ses mises en volume sonore avec Andrea A. Di Carlo “la rabbia”, M. Zurcher “Nuits de Rainer Maria Rilke, Perudja de Hans Jenny Jahnn, Harpe éolienne de Wallers Arranberg”, Fabrice Dupuy “Morituri – Le Témoin”.

Stéphane Fratti

Danseur

Il mène un double parcours professionnel : la danse contemporaine et la course de moto. Il s’est formé au ballet classique puis à la danse contemporaine avec Miguel Lopez à N.Y. Il danse au CCN de Rennes sous la direction artistique de Gigi Caciuleanu de 1988 à 1993. Il participe à une tournée avec Maya Plisetskaya qui l’emmène au Japon et en Russie notamment au Bolshoi, à Moscou. Stéphane Fratti reçoit le prix d’interprétation au concours international de Bagnolet dans une chorégraphie de Santiago Sempere en 1994.

Il gagne les 24h du Mans moto la même année. De 1998 à 2006, il danse pour la Cie Anonyme de Sidonie Rochon, de 2009 à 2012, la Cie de l’Alambic de Christian Bourigault. En 2015, il rejoint la Cie Betula Lenta de Maxence Rey pour la création Le Moulin des Tentations. Il est le créateur de la Cie Bissextile. Pédagogue reconnu, Stéphane Fratti est régulièrement invité lors de nombreux stages en France et en Europe. Il a développé un projet de travail chorégraphique de groupe, qui allie enseignement et préparation à une performance : Magma.

Leïla Gaudin

Danseuse
© Huma Rosentalski
© Huma Rosentalski

Leïla Gaudin fabrique, interprète et enseigne la danse-théâtre. Comédienne de formation, elle découvre le théâtre interdisciplinaire avec Werner Büchler pour qui elle joue de 2003 à 2010. Parallèlement elle est modèle vivant pour le dessin, la photo et la peinture. Installée à New York en 2006, elle devient danseuse pour Katie Workum et Will Rawls. Elle travaille également avec Carlo Altomare sur une technique dérivée de la biomécanique. Elle créé son premier solo, 7PM, pour le PS122 en 2007. Elle se forme à la danse tout au long de ses voyages jusqu’en Inde, où elle étudie le bharatanatyam, une forme plus traditionnelle de danse-théâtre.

Rentrée en France en 2008, elle termine une bi-licence en lettres modernes et études théâtrales. En 2009 elle fonde sa compagnie de danse théâtre, NO MAN’S LAND. Dans ce cadre elle créé Cette heure du matin en 2009, Errance (titre adaptable) et À la limite en 2012, C’est peut être toi en 2014, I love you en 2016. Elle suit la formation Prototype II à Royaumont, sous la direction de Hervé Robbe. Elle travaille ponctuellement en tant qu’interprète avec Sharon Estacio, Grand Magasin, Maxence Rey, Léa Débarnot et met en scène le concert en appartement de Corentin Colluste.

Sophie Hampe

Costumière
Sophie Hampe

Après une maîtrise de psychopathologie à l’université Paris V- René Descartes,  Sophie Hampe s’oriente vers le costume de scène. En 1998, elle suit une formation accélérée à la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne. Dès l’année suivante, en 1999, elle rencontre Jean-Michel Rabeux qui lui confie sa première création de costume pour Mais n’te promène donc pas toute nue. Elle travaille pour d’autres metteurs en scène : Sandrine Lanno, Sophie Lagier, Sophie Rousseau, Cédric Orain, Mathieu Bauer-compagnie Sentimental Bourreau, Sylvie Reteuna…

En 2006, elle commence à créer des costumes pour la danse avec Toméo Vergés. La collaboration se poursuit jusqu’à ce jour. Cette ouverture sur la danse contemporaine lui permet de rencontrer en 2008 Nasser Martin-Gousset avec qui elle travaille sur 3 spectacles. Après un détour de 3 ans par la mode suite à la rencontre avec le styliste Hanno Wessel, elle reprend son activité de costumière en retrouvant notamment Toméo Vergès, mais aussi grâce à de nouvelles rencontres comme la chorégraphe Maxence Rey. En 2015, elle signe les costumes de la création de Joëlle Bouvier pour le ballet du Grand Théâtre de Genève Tristan et Isolde.

Yoann Hourcade

Danseur

Après avoir commencé la danse à l’île de la Réunion avec Sandrine Chaoulli, il suit une formation au CNSMD de Paris, où il développe son goût pour l’improvisation au contact de professeurs comme Christine Gérard ou Didier Silhol et s’initie au théâtre auprès d’Annette Barthélémy. En 2012, il danse des pièces de A. Preljocaj, H. Sheshter et participe à une création de Thomas Lebrun au sein du Junior Ballet du Conservatoire. À travers différents stages et masterclass, il aborde le travail de chorégraphes tels que A.T. de Keersmaeker, J. Leighton, T. Brown.

Il rejoint la C’interscribo/Tatiana Julien en 2010 pour la création de La Mort et l’Extase, puis en 2015 pour Arioso, et participe au projet MotherTong avec Edmond Russo et Shlomi Tuizer, dans le cadre de Marseille Provence 2013. En 2014, il travaille à la création de Ordalie avec la compagnie l’Infini Turbulent/Thomas Chopin, 14 avec Didier Theron et Oubli Total avec la Presque Compagnie. Il rencontre Maxence Rey lors de laboratoires autour de la pièce Le Moulin des Tentations dont il rejoint l’équipe de création.

Romain Kosellek

Vidéaste
Romain Kosselek

Après des études en mathématiques fondamentales, puis plusieurs années passées à voyager, il travaille de 2009 à 2014 en tant qu’administrateur d’une école et d’une compagnie de théâtre à Paris.

Il découvre la vidéo en 2007 en réalisant son premier reportage, Courants contraires, sur les aménagements du Mékong. En 2014, il décide de quitter son poste d’administrateur pour se consacrer pleinement au cinéma et il intègre le master de Réalisation documentaire de Lussas.

Actuellement, il réalise des vidéos dans le milieu du spectacle vivant (bandes-annonces, captations…) ainsi que des photos de plateau et travaille en parallèle à ses projets de films.

En 2017, il fonde avec Nathanael Joussellin et Cédric Colin le collectif AKA qui produit et réalise des captations professionnelles de spectacle vivant.

Thomas Laroppe

Danseur

En parallèle à une formation en arts du spectacle à Paris 8, il prend des cours de théâtre de texte et de théâtre gestuel à l’école du Samovar.
Au théâtre, il travaille des auteurs classiques, mais cultive une affinité particulière avec les écritures contemporaines et singulières avec Hauke Lanz, Florence Inoué, ou de la compagnie KTHA. Il accompagne pendant quelques années l’auteure Elsa Ménard – compagnie Mange ta tête, dans son théâtre politique et philosophique. Entre danse et théâtre, il contribue à la recherche du corps tentative d’Isabelle Esposito.

Il entre dans l’univers de la danse contemporaine, notamment avec les spectacles des chorégraphes Mattias Groos, Sophie Girod et Alexandra Luyat, et dans celui du butô de Yumi Fujitami. De la danse aux performances, il prend part au travail des artistes performeurs Biño Sauitzvy Alberto Sorbelli. Ce parcours est ponctué d’expériences cinématographiques avec Anthony Hickling, Éléonore Faucher, Laurent Achard, Gilbert Merne, Éric Griffon du Bellay, Stéfane Libiot et de Mikael Buch. Depuis 2007, il s’investit au sein du collectif d’artistes Les Souffleurs, commandos poétiques.

Bertrand Larrieu

Créateur son
Bertrand Larrieu

Créateur son depuis 1999, il réalise ses premières bandes-son pour la scène : d’abord avec le Théâtre Craie (8 spectacles dont « assez de poésie le troupeau » 2006), puis il compose surtout pour la danse, avec notamment les chorégraphes Yuval Pick – CCN/Rilleux (4 spect. dont « score » 2010), Florent Ottello (6 spect. dont « pneumatica » 2011), ou récemment Maxence Rey (« le moulin des tentations » 2016).

Parallèlement, il prend le son & réalise le mixage pour le film documentaire de création (citons Seb Coupy, pour une dizaine de films ensemble, dont « LUX » 2012, ou David Yon, 2 films, dont « la nuit et l’enfant » 2015). Avec 100 transitions, à Gonesse (Val d’Oise), il fait le son sur 3 des films-ateliers de fiction de Sandrine Vivier (dont « trois jours » 2014), et réalise 2 projets personnels, dont l’exposition sonore docu-fiction-musical-in-situ « travelling » en 2010, avec Elsa Hourcade.

Notons aussi les interventions pédagogiques avec parfois des étudiants (Ecole Nationale d’Architecture de Lyon, 2012-2014), de jeunes cadres (Banque de France, 2015) ou des enfants (Fréquence Ecoles). Il collabore aussi régulièrement sur des docu., reportages, films institutionnels et autres captations, à la prise de son ou au montage/mixage/sound design… Ou fait parfois de la musique électronique improvisée… à laquelle il rajoute parfois des sons issus de ses tournages en Algérie, Guyane, Burkina Faso, Ethiopie, Israël, Serbie…

Autant de tentatives de fusionner techniques du son & composition pour créer des bandes-son sur mesure, paysages sensibles faits de paroles, de boucles, de bruits, et d’harmonie ; souvent documentaires par leurs matériaux, parfois fictionnels dans leurs formes : à cet égard, citons les créations personnelles que sont « nocturne » & « mytho » (cf. ateliers collectif MU, 2008 & 2014) ou «quelques disparitions » (cf. festival Constellations, 2015).
Composer avec, composer pour.

Cyril Leclerc

Créateur lumière & Plasticien
Cyril Leclerc

Cyril Leclerc est artiste visuel et créateur lumière.

Il conçoit des installations et des performances au sein desquelles la lumière est envisagée comme une matière plastique malléable et organique.

Son travail s’oriente vers la création d’une œuvre basée sur la notion de «cible mouvante» : c‘est-à-dire d’une même matière toujours présente mais qui n’est jamais immobile, impermanente et en constante altération.

Il crée un duo avec la plasticienne Elizabeth Saint-Jalmes avec qui il co-signe plusieurs performances, installations et le groupe de musique pigeon pourri + bisou love.
Il réalise aussi des créations lumière pour le théâtre et la danse contemporaine.
Il a notamment collaboré avec Maxence Rey, Perrine Valli, Steven Cohen, Mathilde Monfreux, Christian Bourigault, Perrine Mornay, Cédric Gourmelon, Oriane Varak, Philippe Ménard, Geisha Fontaine & Pierre Cottreau, Raphaëlle Delaunay, Leïla Gaudin, Sandra Abouav et le chef cuisinier Pierre Lefebvre.

Frédérique de Montblanc

Scénographe

Frédérique de Montblanc, née à Bruxelles, obtient  sa Licence en Théâtre de l’Université Concordia à Montréal en 2004. Elle termine un Master en Design & Production (MFA) au California Institute for the Arts de Los Angeles en 2007. Elle termine son voyage nord-américain par Houston, TX ou elle est amenée à travailler avec la Dominic Walsh Dance Theatre Company, Pascal Rambert et le Mercury Baroque Ensemble.

Son travail de plasticienne et vidéaste a été exposé dans plusieurs centres d’arts et galeries a Los Angeles, Houston, Bruxelles et Paris. Depuis son retour en Europe, elle travaille en tant que scénographe et costumière avec Selma Alaoui, la Compagnie Mossoux-Bonté,  Sarah Sire, Maria-Clara Villa Lobos et Maxence Rey Elle poursuit son travail de vidéaste avec Dominic Walsh.

Leslie Mannès

Danseuse & Regard extérieur
Leslie Mannès

Leslie Mannès est chorégraphe, danseuse et actrice basée à Bruxelles. Elle a étudié à P.A.R.T.S, puis a continué sa formation en danse contemporaine à SEAD (Salzburg). Elle est aussi diplômée du Master en Arts du spectacle à l’ULB.

Elle est interprète pour la Cie Mossoux-Bonté. depuis 2006. Elle a travaillé avec les chorégraphes Maxence Rey et Ayelen Parolin ainsi qu’avec les réalisateurs Patricia Gelise et Nic Deschuyteneer.

Elle développe son travail personnel depuis 2005.
Ses créations prennent place principalement sur scène mais explorent aussi parfois d’autres relations avec les publics dans des dispositifs participatifs. Son travail est motivé par la rencontre et la collaboration avec d’autres artistes.
Il y a récurrence à créer des environnement futuristes qui utilisent l’anticipation comme moyen de regarder autrement ce qui nous entoure.

En 2016, elle crée ATOMIC 3001, solo/trio chorégraphique en collaboration avec Thomas Turine et Vincent Lemaître.

Avec l’Entreprise d’Optimisation du Réel, elle a développé le projet OPTIMUM PARK (2016) dispositif technologique participatif qui questionne par le jeu la place de l’individu dans un système et une potentielle émancipation collective.

En 2012, elle co-fonde la Cie System Failure avec la chorégraphe Louise Baduel. La compagnie a créé 2 spectacles SYSTEM FAILURE et HUMAN DECISION. Elle s’attache à créer des objets scéniques hybrides entre danse et théâtre dans lesquels le second degré permet de mettre en question des sujets de société.
HUMAN DECISION (2015), spécule par l’absurde sur un futur proche. Un futur où les nouvelles technologies auraient fondamentalement modifié la nature humaine, son corps, ses émotions, sa communication.
SYSTEM FAILURE (2013) explore la thématique du contrôle, de l’automatisation en naviguant avec humour dans des références futuro-vintage de la Science-Fiction.

Auparavant, elle a créé les spectacles … ou la brune qui adorait les sardines à l’huile (2010) spectacle policier qui se joue des codes de la fiction et Delusive Figures (2006) courte forme sur le corps et ses représentations.

Delphine Micheli

Photographe
Delphine Micheli

Delphine Micheli est photographe de danse depuis plus de 10 ans. Après avoir participé à la création du centre chorégraphique micadanses, la rencontre avec le chorégraphe Daniel Dobbels fut déterminante. Elle annonça le début d’un travail sur l’effacement du corps. Elle a également collaboré avec les chorégraphes Geisha Fontaine & Pierre Cottreau, Marion Ballester, Perrine Valli, Lia Rodriguez, Nicolas Maloufi et la plasticienne Emmanuelle Raynaut.

Marie Pinguet

Danseuse
Marie Pinguet

Après une formation en danse contemporaine au CNSMD de Lyon, Marie Pinguet poursuit à Buenos-Aires son apprentissage du tango argentin, qu’elle enseigne à son retour à Paris.
Parallèlement, elle découvre la médecine traditionnelle chinoise et se forme durant 4 ans à la pratique du Shiatsu, avant de l’exercer professionnellement en cabinet.

Sensible aux questions du vieillissement et de la fin de vie, elle s’implique auprès de l’association La Maison Ouverte, pour laquelle elle crée un atelier d’improvisation destiné à un public âgé: “Le corps poétique: du geste quotidien au mouvement dansé”. Reliant sa pratique corporelle et son approche du soin, elle mène différents projets auprès de publics fragilisés.
Elle poursuit son exploration du corps avec la découverte du chant lyrique.

Lou Rimaé

Costumière
Lou Rimae

Après un bac d’Arts Appliqués et un BTS stylisme de mode, Nathalie Marie, crée en co-gestion à Lyon en 1996 avec Maud Lantelme-Faisan, la boutique de vêtements “Il était une fois des créateurs”. Elle signe sa ligne de vêtements sous la marque “Lou Rimaé”.

Parallèlement à son métier de styliste, elle est plasticienne et crée des tableaux sous le nom de “Mina”. Son travail est soutenu par la Galerie de Lans.

Amelia Serrano

Chargée de développement, production et diffusion de la compagnie
Amélia Serrano

Diplômée de l’Université de Lyon 3 (Master 2 Diagnostic d’Entreprise) et de l’Université de Metz (Maîtrise de Sciences de Gestion – Option finance, DUT Techniques de commercialisation), elle démarre son parcours professionnel dans une société d’études et d’analyses stratégiques, se spécialise dans les secteurs des banques et des assurances, mène diverses missions de conseil et enseigne ponctuellement à l’Université de Lyon 3 (vacataire de 1991 à 2000). En 1994, elle opère un changement professionnel radical et s’oriente vers le domaine des arts et du spectacle vivant bien plus proche de ses goûts, de son tempérament et de sa sensibilité.

Elle collabore en tant qu’administratrice chargée de production et de diffusion avec la Cie I.D.A. Mark Tompkins de 1995 à 2016, et en parallèle avec la Cie Man Drake Toméo Vergès de 1998 à début 2012, et plus ponctuellement (entre 1995 et 1998) avec les chorégraphes Annette Leday, Christian Bourigault.
En septembre 2016, elle mène une mission de six mois pour la Cie WLDN / Joanne Leighton dans le cadre de son implantation en Île-de-France.
Depuis janvier 2015, elle est complice de la Cie Betula Lenta – Maxence Rey en tant que Chargée de développement, de production et de diffusion.
Passionnée de flamenco, elle pratique cette danse en amateur depuis 25 ans.

Corinne Taraud

Regard extérieur
Corinne Taraud

Passionnée de danse, Corinne Taraud commence sa formation en Danse Classique et en Danse de Caractère.
Elle rencontre Daria Faïn, chorégraphe de Danse Contemporaine et interprète ses créations. Elle s’initie auprès d’elle à un système d’écriture pour l’improvisation. Cette forme de spectacle l’amène à collaborer avec d’autres artistes et à se produire en performance.
Attirée par la transmission, Corinne Taraud passe son Diplôme d’État de Professeur de Danse Contemporaine en 1997.

Son expérience en tant que pédagogue et ses convictions que le mouvement est source de vie la poussent vers d’autres possibles. Elle devient praticienne certifiée de la technique Trager® en 2015 et débute, en 2016, le Diplôme Universitaire «Sport et Cancer».
Corinne Taraud rencontre Maxence Rey au sein du collectif «Les Souffleurs, Commandos Poétiques» dont elles font partie depuis 2004.
C’est naturellement que Corinne Taraud répond à l’invitation de Maxence Rey en tant que regard extérieur sur ses créations.
Anatomie Du Silence est leur 4ème collaboration.